PROGRAMMES
GALERIE PHOTO
BAROQUE FANTASTIQUE
« Le merveilleux normal... L'immense inexpliqué » H.Michaux

Prenez votre main, tournez la trois fois dans l'air, et plongez la tout au fond de votre poche. Vous y trouverez, bien cachée, « la clef du grenier des rêves éveillés ». Vous monterez alors l'escalier, et ce royaume qu'on croyait à jamais condamné, qu'on cherchait de tout côté, s'ouvrira sous vos yeux étonnés. Préparez-vous à frissonner. Ne sursautez-pas... tout ceci, on vous l'assure, n'est qu'illusion élaborée.

Pour imaginer ce théâtre musical, Les Ombres réunissent plusieurs artistes du spectacle vivant parmi les plus talentueux de la création d'aujourd'hui : Guillaume Barbot, comédien, metteur en scène et écrivain, Romain Lalire, créateur d'ombres et vidéaste, Nathalie Perrier, dont les lumières contrastent et soulignent Les Ombres depuis La Fable du Monde, Cécilia Delestre, scénographe et Nicolas Déflache, espace sonore.

Ensemble, ils partent au pays du fantastique, cet imaginaire flirtant avec la réalité, troublant, inquiétant et captivant. Pour le rejoindre, Les Ombres explorent un terrain artistique nouveau reliant littérature contemporaine, poésie surréaliste et musique baroque. Le vibraphone et la guitare électrique, mêlés à la viole et au traverso, sont les passerelles qui mènent à ce nouveau monde. Le terreau de cet univers merveilleux, c'est l'enfance. L'heure où «entre ce qui arrive ou ne peut arriver, [il n'est pas] tellement simple de choisir ». La démarche de Guillaume Barbot qui, avec sa compagnie Coup de Poker, s'attache à explorer le thème du passage à l'âge adulte, s'insère avec évidence dans cette aventure. Adepte de la création d'univers visuels, musicaux et théâtraux à partir de matériaux non dramatiques, il choisit ici la poésie pour guide. Jacques Prévert, Robert Desnos, Henri Michaux, ou encore Jules Supervielle, lui prêtent leurs mots et savourent avec lui cette ambiguïté entre l'une et l'autre des réalités. Ces textes, rassemblés dans une quête du souvenir vivant, celui qui vous guète et vous surprend à la tombée de la nuit, nous surprennent au micro ou en acoustique. Par sa voix, et par sa présence, Guillaume Barbot déploie sa palette et tend un piège à « la couleuvre du silence ». À la vidéo, Romain Lalire, sous le regard complice de Philippe Beau, dessine les acteurs en bas-relief et les entourent d'êtres merveilleux qui, éclairés de leur lumière propre, donnent vie aux lieux, aux mots et aux souvenirs. La musique baroque vient bousculer ces mots, les mélange et les apprivoise par sa présence invisible. Que la mélodie soit de Henry Purcell, Jean-Philippe Rameau ou Nino Rota, la profondeur nostalgique de la viole s'accorde à la douceur mélancolique de la guitare électrique, et la suavité de la flûte à la chaleur du vibraphone.

C'est avec un immense sentiment de liberté que Baroque Fantastique s'inscrit dans le répertoire de l'ensemble Les Ombres, leur ouvrant la voie d’une mise en scène plus théâtrale, vivante.

Baroque Fantastique se donne en version scénique ou en version concert.

PROGRAMME
• Textes de Victor Hugo, Charles Beaudelaire, Guillaume Apollinaire, Jules Supervielle, Henri Michaux et Jacques Prévert
• Musiques de Johannes Kapsberger, Tobias Hume, François Couperin, Marin Marais, Antonio Vivaldi, Jean-Philippe Rameau, Nino Rota


EFFECTIF
Version concert : 1 comédien et 4 instrumentistes
Version scénique : 1 metteur en scène et comédien, 4 instrumentistes, 1 éclairagiste, 1 régisseur vidéo et son, 1 régisseur lumière


DISTRIBUTION
Margaux Blanchard - Direction musicale et viole de gambe
Sylvain Sartre - Direction musicale et flûte traversière

Solistes
Guillaume Barbot - Comédien et metteur en scène

Version scénique
Philippe Beau - Maître d'ombre
Romain Lalire - Vidéo
Nathalie Perrier - Lumières
Cécilia Delestre - Scénographie et décors
Nicolas Déflache - Ingénieur du son

Instruments
Vincent Flückiger - Théorbe et guitare
Thierry Gomar - Percussions

PRODUCTION
Les Ombres / Opéra Orchestre National de Montpellier / Festival de Maguelone

© Marc Ginot (OONM)



© Agathe Dupont


© Gazette de Montpellier